Education

Pédagogies actives

Historiquement les pédagogies actives sont associées aux travaux de pédagogues qui ont créé des courants, des mouvements dont les plus connus aujourd’hui sont le Mouvement Freinet, les Ecoles Montessori et Decroly.

Apprendre en faisant

L’apprentissage est un processus actif et constructif. Il est facilité si l’apprenant est actif et peut intervenir dans la construction de ses savoirs.

Un changement de modèle d’apprentissage

L’approche est résolument constructiviste. La connaissance est le résultat de l’activité de celui qui apprend et non pas de la mémorisation d’un discours (modèle transmissif) ou de la reproduction de comportements programmés (modèle behavioriste).

Une pédagogie de la question

En pédagogies actives, le professeur crée les conditions pour que les apprenants se posent des questions et se mettent en recherche dans toutes les disciplines et deviennent ainsi acteurs de leurs propres apprentissages. On passe ainsi d’une pédagogie de la réponse à une pédagogie de la question. Les programmes officiels ne changent pas, c’est l’approche des connaissances et des compétences qui sollicite et développe la créativité, la coopération et la mise en action des apprenants. De nombreuses techniques pédagogiques ont été mises au point qui permettent aux élèves de développer leurs compétences et leurs connaissances dans toutes les disciplines scolaires.

La motivation

Les pédagogies actives impliquent l’apprenant. Elles donnent du sens aux apprentissages. Elles favorisent la motivation.

La pédagogie Freinet

Cette pédagogie active peut s’appliquer aux classes maternelles et primaires avec les adaptations nécessaires à chaque niveau. Mais qu’est-ce que la pédagogie Freinet ?

Les caractéristiques de la pédagogie Freinet

Alors que la pédagogie traditionnelle est centrée sur la transmission des savoirs, la pédagogie Freinet place l’élève au cœur du projet éducatif. Elle prend en compte la dimension sociale de l’enfant, voué à devenir un être autonome, responsable et ouvert sur le monde. Elle s’appuie sur les 10 points suivants :

PEDAGOGIE ACTIVE

Le tâtonnement expérimental

"C’est en marchant que l’enfant apprend à marcher ; c’est en parlant qu’il apprend à parler ; c’est en dessinant qu’il apprend à dessiner » écrivait Célestin Freinet. Avec la pédagogie Freinet, l’élève apprend grâce à l’expérimentation et non par la reproduction de ce qu’on lui inculque. S’il y a échec, celui-ci devient formateur, les réussites favorisent la confiance en soi et la capacité à progresser par soi-même.

Un rythme d’apprentissage individualisé

Chaque enfant progresse à son rythme en fonction de ses capacités et de ses objectifs.








L’autonomie favorisée

En offrant à chaque enfant des moments où il choisit ses propres activités, en le faisant participer aux activités collectives de façon spontanée, l’élève se prend naturellement en charge, développe son autonomie et se responsabilise. Cette plus grande souplesse encourage l’enfant à travailler davantage.

La coopération entre pairs

La coopération et les travaux de groupes sont favorisés. L’apprentissage entre pairs, qu’ils soient de même niveau ou de niveaux hétérogènes, favorise fortement les acquisitions et permet de développer le dialogue, la capacité d’organisation, le sens du respect et de la solidarité, l’autonomie et la responsabilisation.

L’organisation coopérative de la classe

Plus généralement, la classe s’organise de façon coopérative. Les entretiens du matin et les nombreux temps d’échange collectifs permettent l’élaboration des règles de vie commune, la régulation des conflits, la mise en place de projets, le partage autour des travaux réalisés. Ces activités de communication développent l’écoute, les compétences orales et la construction de l’esprit critique.

La place de l’enseignant

Au milieu du 20e siècle, quand Célestin Freinet a expérimenté sa pédagogie alternative, celle-ci s’est symbolisée par la disparition de l’estrade dans la classe. Le professeur ne domine pas la classe, mais se met à son niveau pour accompagner et donner aux enfants les moyens de se construire un savoir personnel.





L’expression libre

Dessin, peinture, textes, expression orale ou corporelle… Pour produire, l’enfant va puiser dans ses propres ressources créatives, choisir les sujets et les émotions qu’il souhaite exprimer. L’entretien du matin, la présentation par chaque enfant de ses propres productions, tout comme la confection d’un journal scolaire ou la correspondance scolaire sont des outils privilégiés d’expression libre.

L’évaluation formatrice

A l’évaluation finale et aux examens, qui apparaissaient comme l’objectif unique de l’enseignement, Freinet préférait l’évaluation formatrice et la valorisation des progrès de l’enfant. Le suivi individualisé permet de proposer des consolidations des connaissances et des compétences, par le biais de travaux collectifs ou personnalisés.



Un aménagement de l’espace conçu pour favoriser la coopération

L’organisation spatiale d’une classe est intimement liée à la pédagogie mise en œuvre. Les mobiliers et l’accès aux ressources pédagogiques sont adaptés à la taille des élèves pour créer une ambiance conviviale, contribuant au plaisir de se rendre à l’école et d’apprendre. Avec la pédagogie Freinet, la classe peut être organisée en aires d’activités (aire pour les temps collectifs quotidiens, coin ateliers et travaux de groupe, coin bibliothèque, coin documentation et apprentissage en autonomie).



Quelles différences avec la méthode Montessori ?

La méthode Montessori est l’autre grande pédagogie alternative née au début du 20ème siècle. Freinet et Montessori ont de nombreux points communs : pédagogies actives visant à développer l’autonomie, elles rendent l’enfant acteur de ses apprentissages et suscitent sa curiosité. Mais elles ont aussi leurs différences. Avec Montessori, l’enfant construit son savoir à travers le jeu, l’apprentissage est individuel et se fait grâce à du matériel spécifique mis à sa disposition. Freinet, sans écarter le jeu, considère que le travail est naturel à l’enfant et que les élèves apprennent aussi grâce à la coopération et se nourrissent les uns les autres.

Portrait

Qui est Célestin Freinet ?

Célestin Freinet (1896-1966) est un pédagogue français.

Il développe, avec l’aide de sa femme Élise Freinet et en collaboration avec un réseau d’instituteurs, une série de techniques pédagogiques basée sur l’expression libre des enfants : texte libre, dessin libre, correspondance interscolaire, imprimerie et journal scolaire, enquêtes, réunion de coopérative, etc. Militant engagé, politiquement et syndicalement, en une époque marquée par de forts conflits idéologiques, il conçoit l’éducation comme un moyen de progrès et d’émancipation.

Son nom reste attaché à la pédagogie Freinet qui se perpétue de nos jours, notamment via le Mouvement de l’École moderne. Tandis que certaines techniques développées par Freinet ont pénétré l’institution scolaire, elles ont également inspiré la Pédagogie institutionnelle et des approches plus autogestionnaires. Elles ont influencé de grands mouvements pédagogiques en Amérique latine, inspirés notamment par Paulo Freire. L’École Freinet de Vence, devenue publique en 1991, est classée au patrimoine de l’UNESCO.

Un pédagogue en avance sur son temps